menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
La Suisse se décide pour un accord de travail avec l'UE

La Suisse se décide pour un accord de travail avec l'UE

18 August 2020

La Suisse décidera le 27 septembre d’abroger ou non un accord de travail avec l’Union européenne, la partie de droite ayant pris une fois de plus l’initiative de restreindre l’accès des immigrés au pays.

Vote sur l'accord d'immigration

                Le 27 septembre, la Suisse votera sur cinq questions, l'une d'elles sera l'avenir de l'accord de travail avec l'Union européenne. L'initiative de voter a été lancée par le Parti populaire suisse de droite en réponse au refus du Parlement suisse de mettre en œuvre les quotas d'immigration approuvés lors du vote de 2014. D'autres groupes conservateurs soutiennent le vote, comme Campaign for an Independent et Suisse neutre. Pour les immigrés, le vote des travailleurs frontaliers à ce sujet sera très crucial, mais cela peut aussi façonner les relations futures entre l'Union européenne et la Suisse, qui n'est pas membre du syndicat. L'UE reste le principal partenaire commercial de la Suisse avec 60% de part de marché, loin devant les États-Unis avec 12% et la Chine avec 6%, comme l'ont montré les données de 2018.

Ce qui est en jeu?

                L'initiative vise à forcer le gouvernement suisse à suspendre l'accord bilatéral avec l'UE sur la libre circulation des personnes, qui est maintenant en vigueur. En échange, la Suisse reprendra le contrôle total de sa politique d'immigration, mais l'accord doit être renégocié dans les 12 prochains mois ou complètement abandonné, comme le prétendent ceux qui ont décidé de voter. L’accord actuel avec l’UE garantit aux deux parties - résidents de 27 pays membres de l’UE et de la Suisse - un accès libre au marché du travail de l’autre et le droit de choisir leur lieu de résidence. En vertu de cet accord, les résidents d'autres pays peuvent venir travailler en Suisse ou simplement devenir des frontaliers vivant à l'étranger mais faisant la navette pour travailler en Suisse. Lorsque l'accord sera abandonné, l'immigration en provenance de l'UE sera limitée, mais d'autres accords sur le commerce, les transports et la recherche qui font partie d'un paquet de sept accords bilatéraux conclus avec l'UE en 2012 deviendront invalides.

En faveur de l'initiative

                Les partisans de l'initiative - partis et organisations de droite - affirment que l'accord actuel exerce une pression sur le marché du travail, y compris sur les emplois et les salaires. À la suite de l'arrivée de nombreux immigrants en Suisse, les promoteurs de l'initiative affirment que les loyers des maisons sont surévalués et que les transports publics sont surpeuplés. Les écoles sont également surpeuplées. Il y a aussi des embouteillages formés sur les routes de navettage par les frontaliers. En outre, ils accusent les étrangers d'abuser du système de protection sociale du pays et de nombreux crimes. Ils affirment également que la Suisse devrait pouvoir adopter sa propre politique d'immigration et que les préoccupations concernant les relations avec l'UE après la suppression de cet accord sont exagérées.

Contre l'initiative

                Pendant ce temps, les opposants à l'initiative s'inquiètent des conséquences pour l'économie suisse, principalement les petites entreprises, car la suppression de l'accord de travail affectera de nombreux autres accords bilatéraux. En conséquence, l'insécurité juridique persistera dans les relations commerciales et autres entre l'UE et la Suisse. Les opposants affirment également que les citoyens suisses perdront le droit de vivre dans l'UE et d'y travailler soit en tant qu'immigrants, soit en tant que travailleurs frontaliers, si l'accord est annulé. Entre Bruxelles et la Suisse, les relations peuvent devenir très tendues. Contre l'initiative se trouvent les syndicats, les cantons, les milieux d'affaires, une large alliance de groupes de la société civile, ainsi que des partis de centre-droit et de gauche formant la majorité du parlement suisse et du gouvernement.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch