menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
Une autre Fintech suisse sur le point d'obtenir une licence réglementaire

Une autre Fintech suisse sur le point d'obtenir une licence réglementaire

16 February 2021

Une autre start-up fintech suisse, qui tente de lancer le réseau de paiement entre l'Europe et l'Asie, est fermée pour obtenir une licence de la FINMA.

Saphirstein obtient une licence Fintech
Saphirstein est censée recevoir une licence fintech suisse de la FINMA, le régulateur suisse. La licence fintech suisse permet aux start-ups de tester des produits et d'inscrire des clients sans suivre un processus réglementaire long et complet. La licence plafonne les dépôts à 100 millions de francs suisses. Saphirstein ne figure pas encore sur la liste des instituts agréés par la FINMA, mais c'est probablement parce que la licence n'est pas encore en vigueur. Saphirstein ne prévoit pas de demander l'approbation d'autres régulateurs, mais ses propriétaires sont en contact avec des instituts du monde entier, y compris chinois. De plus, la start-up fintech prévoit d'obtenir une licence bancaire complète.
L’activité de Saphirstein
La start-up fintech suisse propose des paiements FIAT et prévoit également de se lancer dans le commerce des bitcoins. La start-up a été lancée il y a trois ans et est dirigée par le PDG Haoning Zhang, informaticien de l'ETH, qui travaillait auparavant dans les banques privées Avaloq, UBS ou Coutts, et présidé par Yang Lan, également avec des carrières antérieures dans les banques UBS et Coutts. La start-up fintech prévoit de créer un réseau de paiement d'utilisateur à utilisateur reliant des clients en Asie et en Europe, disponible également pour les commerçants. L'application de paiement appelée Fiat24 devrait être lancée au début de l'automne. Les investisseurs initiaux de la start-up incluent la branche internationale de China Merchant Bank et Fenbushi, une société de capital-risque basée à Shanghai et spécialisée dans les investissements dans la blockchain. La Fintech vise à obtenir des fonds supplémentaires.
Seulement deuxième licence en 13 mois
Saphirstein n'est que la deuxième start-up à recevoir la licence FINMA fintech depuis 13 mois, le régulateur suisse a lancé ce programme pour les entités fintech dans le but de soutenir leur progrès. Le premier était la banque numérique Yapeal. Peu d'entités reçoivent cet honneur, compte tenu du fait que dans le même temps, le régulateur de Singapour a délivré quatre licences à des banques numériques. Un projet de paiement soutenu par Facebook, Deim, anciennement Libra, attend l'approbation de la FINMA pour obtenir une licence après avoir déposé une demande en avril dernier.
Projet Helvetia
Pendant ce temps, non seulement la FINMA encourage la branche fintech dans le pays, car la Banque nationale suisse a travaillé sur le projet des monnaies numériques. En collaboration avec des organisations partenaires, la BNS a annoncé à la fin de l'année dernière qu'elle avait mené des expériences réussies pour comprendre comment les monnaies numériques peuvent fonctionner dans le système financier traditionnel. Les travaux sont menés dans le cadre du projet Helvetia, qui relie la BNS, l'opérateur SIX et la Banque des règlements internationaux. Le système de paiement interbancaire existant sera connecté à un registre distribué, car l'émission de monnaie numérique sur la plate-forme basée sur la blockchain a également été testée. L'objectif de la banque centrale suisse est de vendre en gros de la monnaie numérique pour ne pas en émettre.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch