menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
Un quart de la population suisse est de nationalité étrangère

Un quart de la population suisse est de nationalité étrangère

12 September 2018

D'après de nouvelles données publiées par  l'Office fédéral de la statistique (OFS), plus de 25% de la population suisse sont des résidents de nationalité étrangère. Cependant, l'afflux des immigrés diminue.

Nouvelles données sur la population suisse


L'Office fédéral de la statistique a publié des données sur la structure de la société en termes de leur nationalité. À la fin de l'année dernière, près de 25,1% de la population vivant en Suisse venaient de l'étranger: 2,13 millions de résidents étrangers sur 8,48 millions de résidents suisses. La majorité de

la population étrangère résidante permanente venaient d’autres pays européens. Les ressortissants italiens, allemands et portugais composaient la majorité des étrangers en Suisse. La moitié des étrangers résidant en Suisse y habite depuis longtemps. Ils sont nés ici ou ont au moins 10 ans de séjour permanent enregistrés. L'étude de l'OFS n'a pris en compte ni des citoyens naturalisés (45 000 personnes en 2017), ni des travailleurs frontaliers, qui se rendent simplement au travail en Suisse et ne sont pas considérés comme des résidents permanents. Il faut, cependant, noter que le nombre de nouveaux immigrants est en baisse. Environ 171 000 ressortissants de l'étranger sont venus en Suisse en 2017, soit 20 000 moins que l'année précédente. La population étrangère résidante permanente a augmenté de 0,2%, mais en 2016 son hausse était de 2,6%. En revanche, le nombre de personnes ayant obtenu la nationalité suisse augmente. Presque 5% plus de résidents ont obtenu la citoyenneté en 2017 par rapport à 2016. La plupart d'entre eux étaient des citoyens allemands, italiens ou portugais. La population suisse totale était stable si on compare 2016 et 2017. Le nombre de résidents en décembre 2017 était supérieur de 0,8% par rapport à 2016. La baisse du taux d'immigration est en grande partie causée par de nouvelles règles concernant le permis de travail en Suisse, qui sont plus strictes qu'avant.


La Suisse n'est-elle plus un paradis pour des employés?


Une autre étude concernant le marché du travail international, Decoding Global Talent, réalisée par  Boston Consulting Group, le cabinet international de conseil en stratégie basé aux États-Unis confirme les mêmes tendances. Selon le rapport, la Suisse n’est plus aussi attrayante aux résidents étrangers. La Suisse occupe la huitième place du classement des destinations préférées des travailleurs étrangers. Le pays a donc perdu trois places par rapport  à la dernière étude, datant de 2014. Il a perdu de son attractivité en particulier auprès des Russes, des Chinois et des Américains, mais également auprès des Italiens et des Allemands, même si ce sont les deux nations les plus représentées parmi les résidents étrangers en Suisse. Une des raisons de cette situation est la difficulté pour les travailleurs étrangers d’obtenir un permis de séjour en Suisse. Par contre, en général, la Suisse a toujours une bonne opinion parmi les étrangers. Ils pensent que la Suisse offre un très bon niveau de vie. Le niveau de vie élevé explique pourquoi, au contraire, les Suisses ne souhaitent pas s’installer à l’étranger. Le nombre de Suisses désireux de chercher un emploi hors de leur pays d'origine est passé de 77% à 60% si on le compare avec les chiffres d'il y a quatre ans. Si les résidents suisses décident de s’établir à l’étranger de manière permanente, et pas seulement pour travailler en tant que travailleurs frontaliers, ils choisissent le Canada, les États-Unis ou l’Allemagne. Le rapport du Boston Consulting Group est basé sur une enquête menée auprès de 360 ​​000 employés répartis dans 197 pays.


Nous suivons la situation de près chez ExchangeMarket.ch, car ces données concernent beaucoup de nos clients. Des groupes principaux sur exchangemarket.ch sont:
Travailleurs frontaliers - Ils vivent à l'étranger et recherchent le meilleur taux de change, en particulier le taux de change EUR/CHF pour changer leur salaire chaque mois. En utilisant ExchangeMarket.ch, les travailleurs frontaliers économisent généralement au moins 100 CHF par mois. Vous pouvez utiliser notre convertisseur de devises pour voir combien vous pouvez économiser en achetant de l'euro.


Personnes qui quittent la Suisse ou qui achètent une maison à l'étranger - Exchangemarket.ch offre toujours un taux de change meilleur qu 'à la banque, sans regarder le montant de la transaction. En conséquence vous pouvez effectuer de petites transactions et minimiser le risque sans payer plus en comparaison à une grosse transaction.


Personnes ayant vécu à l'étranger qui s'installent en Suisse - Ces personnes recherchent également un bon taux de change, peu importe le montant qu'elles souhaitent changer. Exchangemarket.ch est un service totalement gratuit pour tous les clients et permet de l’essayer en effectuant une petite transaction d’un montant minimum de 100 euros.


Inscrivez-vous maintenant gratuitement pour réaliser le premier virement. Le changement de devises n'a jamais été aussi simple.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch