menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
Meilleure situation économique en Suisse après la quarantaine que dans les pays voisins

Meilleure situation économique en Suisse après la quarantaine que dans les pays voisins

04 September 2020


Comme le montrent les données du deuxième trimestre, l’économie suisse a été moins touchée par la quarantaine du coronavirus que dans les pays voisins.

Mieux que les voisins


Les données économiques montrent qu'au deuxième trimestre, le produit intérieur brut a chuté de 8,2% en Suisse, le plus en 30 ans, mais encore moins que dans les pays voisins. En Allemagne, la baisse du PIB est de 9,7%, en France et en Italie, on s'attend à une baisse à deux chiffres du PIB. La baisse du PIB suisse a été inférieure aux prévisions - 9% étaient prévus par les économistes. Les données sur le PIB du deuxième trimestre dans le monde montrent à quel point la pandémie de coronavirus a eu un impact énorme sur les économies et imposée par de nombreux gouvernements de verrouillage visant à limiter la propagation du virus. De nombreux pays ont introduit des programmes d'aide aux entreprises, mais cela n'a pas suffi pour arrêter les pertes de PIB. Il reste à voir à quelle vitesse les économies pourront se redresser et quelles seront les perspectives de chômage avec de nombreux emplois perdus dans le monde.

Déficit pour 2020

Certains pays étant confrontés à d’énormes problèmes économiques et financiers, le déficit budgétaire de la Suisse devrait être à la fin de l’année bien inférieur à l’estimation précédente de 30 milliards de francs - comme l’avait fait le ministre des Finances Ueli Maurer. Telle est la position des experts du Credit Suisse Group AG. En réponse au virus, la banque centrale suisse n’a pas baissé davantage ses taux car ils sont déjà au niveau record le plus bas du monde. Au lieu de cela, il a fait davantage d'interventions sur les devises - comme acheter des euros et d'autres devises étrangères - pour empêcher le taux de change du CHF de devenir surévalué, ce qui pourrait également nuire à l'économie.


Récession profonde


Même si les pertes de PIB observées sont moins importantes qu'en Allemagne, en France, en Italie, la Suisse est toujours en profonde récession, avec la plus forte baisse du PIB depuis 1980. Les dépenses de consommation ont baissé de 8,6% au T2, l'industrie manufacturière s'est contractée de 9%, les investissements en équipement de près de 12%. En règle générale, l'économie devrait reculer de 6% cette année.


Pertes limitées


Des pertes limitées, comparées à d'autres pays, sont attribuées au fait que la Suisse impose des restrictions moins sévères pendant le verrouillage que ses voisins, ainsi qu'à la bonne situation de l'industrie pharmaceutique, qu'elle a signalé des croissances. De plus, le pays dépend moins du tourisme que la France ou l'Italie, de sorte que la fermeture des frontières et les limites des voyages pèsent moins lourd sur son économie. L'industrie pharmaceutique a enregistré des croissances, y compris de grandes entreprises comme Roche Holding AG et Novartis AG. La meilleure situation du pays par rapport aux autres pays européens signifie que la demande d'aide gouvernementale par les entreprises et les employés a été inférieure aux attentes.


Cela peut s’empirer


Il existe toujours un risque que la situation s'aggrave et que le PIB se contracte plus que prévu d'ici la fin de l'année. Dans de nombreux pays, on observe maintenant une deuxième vague d'infections au COVID-19 et à nouveau certaines restrictions sont introduites. En Suisse, les grands rassemblements sont interdits et les acheteurs doivent porter des masques.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch