menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
Les banques suisses peuvent faire face à des problèmes, la crise économique est sur les cartes en raison de Covid-19

Les banques suisses peuvent faire face à des problèmes, la crise économique est sur les cartes en raison de Covid-19

19 June 2020

La pandémie de Covid-19 fait des ravages dans l'économie suisse avec la pire crise depuis les années 70 prévues. Jusqu'à présent, les banques suisses se portent bien, mais pourraient également rencontrer des problèmes au cours des prochains mois.

Les banques suisses pourraient être confrontées à des problèmes

                Jusqu'à présent, les banques suisses ont fait relativement bien en période de pandémie de Covid-19, mais les temps difficiles pourraient être en avance sur elles. La Banque nationale suisse a averti dans son rapport annuel sur la stabilité financière que trois grandes menaces pesaient sur les banques commerciales suisses dans les prochains mois : la volatilité des marchés financiers, les taux négatifs maintenus à un niveau négatif et le risque accru de défauts de paiement. L'évolution de la pandémie dépendra de l'évolution de la pandémie et de la réaction du secteur bancaire, des entreprises, des autorités et des ménages. La plus grande incertitude concerne le nombre d'entreprises et de ménages qui ne rembourseront pas leurs prêts dans un avenir proche. Les perspectives sont fragiles et il y a beaucoup d'incertitude, selon le vice-président de la BNS, Fritz Zurbrügg, qui a commenté la situation lors d'une conférence de presse jeudi.

Les banques en période de pandémie

                La Suisse compte 237 banques, et ces derniers mois, elles ont réussi à faire face à la situation difficile de la pandémie grâce aux réglementations strictes de la dernière décennie qui les ont obligées à mettre de côté beaucoup de liquidités en cas de crise. Cinq des banques, USB, Crédit Suisse, PostFinance, le groupe Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich, sont si grandes que leur risque de faillite est faible. Ces derniers mois, de nombreuses banques ont émis plus de crédits que d'habitude pour aider les entreprises en difficulté. Depuis le milieu de la voûte, 130 000 prêts-relais ont été accordés pour un montant total de CHF 15 milliards (selon le dernier taux de change moyen autour de 15,8 milliards de dollars). La BNS a garanti le versement de CHF 10 milliards de cette somme. Cependant, dans un avenir proche, les prêts pourraient ne pas être aussi populaires auprès des entreprises et des ménages. De plus, les prêts hypothécaires pourraient être sous pression si les entreprises font face à des difficultés financières et que de nombreuses personnes perdent leur emploi au lendemain de la pandémie. La BNS estime que les ressources que les banques ont réussi à mettre de côté pour faire face à une crise potentielle devraient être globalement adéquates, mais certaines banques pourraient subir des pertes.

La BNS maintient ses taux inchangés

                La BNS a décidé de maintenir des taux d'intérêt négatifs pour maintenir vivante sa tentative actuelle d'empêcher le taux de change du CHF de devenir trop fort face aux autres devises. Il a annoncé qu'il maintiendrait sa politique monétaire inchangée jeudi. Les taux restent à moins 0,75%. Dans le même temps, la banque centrale entreprend des interventions sur les marchés des changes, les investisseurs étant désireux d'acheter des francs suisses, constituant un refuge. Cette demande est à l'origine de la hausse du taux de change du CHF et la BNS doit donc intervenir. La banque a déclaré que la pression sur le taux de change du franc suisse avait légèrement diminué depuis la mi-mai.

Pire crise depuis les années 70

                Le gouvernement prévoit la pire crise en Suisse depuis les années 70. En 2020, la prévision intérieure brute devrait chuter de 6,2%, selon le Secrétariat d'État à l'économie (SECO). La BNS estime que l'économie se redressera partiellement au second semestre, mais ce n'est qu'en 2022 que la croissance économique suisse devrait correspondre aux résultats de 2019, avant la pandémie. En 2021, le PIB est estimé à 4,9%. Le taux de chômage atteindra 3,8% cette année, le commerce extérieur étant endommagé et réduisant les dépenses de consommation. L'économie suisse pourrait perdre plus de 100 milliards de dollars en raison d'une pandémie.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch