menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
BNS : Un bon taux de change du CHF aide l'économie suisse

BNS : Un bon taux de change du CHF aide l'économie suisse

08 September 2022

Le président de la Banque nationale suisse, Thomas Jordan, a déclaré que l'appréciation du franc suisse favorise plutôt l'économie du pays qu'elle ne lui nuit, comme le rapporte Reuters. 

Commentaires du président de la BNS sur le CHF et l'économie


Le président de la Banque nationale suisse, Thomas Jordan, a fait quelques commentaires sur l'économie suisse et le taux de change du franc suisse. Il a principalement déclaré que, selon lui, le bon taux du franc suisse aide plutôt qu'il ne nuit à l'économie du pays. Il a également ajouté que : "Les taux de change jouent un rôle dans l'inflation, lorsque les grandes banques centrales agissent, cela nous aide", tout en ajoutant : "Le taux de change effectif réel du franc a été étonnamment stable." Il a également livré quelques réflexions sur le rôle de la BNS : "Nous devons assurer la stabilité des prix à moyen terme. (...) "La stabilité des prix est notre mandat, mais il faut bien sûr aussi garder à l'esprit l'impact de la politique sur l'économie." Selon le président, il n'y a pas encore de décision quant à ce qui sera décidé lors de la prochaine réunion de la BNS, le 22 septembre. La prochaine étape dépend de l'analyse qui est en cours, et il faudrait mettre fin aux pressions inflationnistes et aux pressions sur le taux de change : "L'expérience montre qu'il était coûteux de lutter contre l'inflation, plus coûteux de ne pas lutter contre l'inflation au départ." La Jordanie affirme que l'incertitude quant à l'inflation est beaucoup plus élevée que d'habitude, mais qu'elle n'est pas à son apogée, tandis que les graves pénuries de gaz l'alimentent. 

Ralentissement économique


Selon les dernières données, l'économie suisse a ralenti au deuxième trimestre 2022, de 0,3 % par rapport au premier trimestre de l'année. Les secteurs de l'industrie manufacturière, de la construction, du commerce et des services financiers se sont tous affaiblis en raison de la hausse de l'inflation et des pénuries d'énergie. Alors que les secteurs du tourisme et de l'hôtellerie, de la restauration et des transports ont été stimulés par la levée de l'inflation pandémique, et que les dépenses de consommation ont également augmenté au printemps et au début de l'été avant que la hausse de l'inflation ne commence à poser problème. L'industrie manufacturière a cependant enregistré une baisse de 0,5 % de la production, principalement dans les secteurs de la chimie et de la pharmacie. Il y a également eu une contraction de -2,1 % dans le commerce, une réduction de -1,7 % dans la construction et un recul de -1,5 % dans les services financiers, ce qui, dans l'ensemble, a freiné l'économie. Le Secrétariat d'État à l'économie (Seco) a fait état d'un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) plus faible que la hausse de 0,5 % annoncée pour le premier trimestre.

Martin
www.exchangemarket.ch