menuclose

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS
Baisse du trafic transfrontalier alors que la Suisse combat le coronavirus

Baisse du trafic transfrontalier alors que la Suisse combat le coronavirus

18 March 2020

Alors que la Suisse prend des mesures plus sévères pour lutter contre la propagation du coronavirus, le trafic transfrontalier est en baisse et certaines personnes sont refoulées aux frontières.

Moins de travailleurs transfrontaliers

Ce mois-ci, on a déjà observé une baisse de 37% du nombre de travailleurs frontaliers et de touristes entrant en Suisse par rapport à il y a un mois. Des contrôles aux frontières ont été introduits aux frontières avec l'Allemagne, l'Autriche et la France. Le directeur de l'Administration fédérale des douanes FCS, Christian Book, a annoncé que jusqu'à 2200 personnes avaient été refoulées jusqu'à la frontière suisse jusqu'à mardi. Le plus touché est le canton du Tessin, voisin de l'Italie, le pays qui connaît la pire situation mondiale en termes de pandémie de coronavirus. Lundi 16 mars, le trafic transfrontalier était en baisse de 73% par rapport au 17 février.

Mesures aux frontières

Pour mieux gérer le trafic, 130 postes frontaliers ont été fermés et d'autres peuvent suivre. En conséquence, il y a d'énormes embouteillages aux frontières suisses. Seuls les résidents suisses, les titulaires de permis de travail (comme les travailleurs frontaliers) ou de permis de séjour et les personnes transitant par la Suisse en route vers d'autres pays ne sont autorisés à entrer dans le pays. Le mouvement des marchandises - exportation, importation, transit - fonctionne normalement. Même si l'on observe une certaine baisse de volume, ce n'est pas dans des mesures alarmantes.

Situation extraordinaire

Lundi, le gouvernement suisse a déclaré une situation extraordinaire liée à la pandémie de coronavirus. En conséquence, des mesures sévères ont été introduites afin de limiter les rassemblements de masse. Tous les événements privés et publics sont interdits. Les restaurants, les bars sont fermés, ainsi que les lieux culturels, les cinémas, les installations sportives, les centres commerciaux. Seuls les magasins fournissant des produits essentiels sont ouverts, comme les épiceries, les boulangeries, les pharmacies, ainsi que les banques et les bureaux de poste. Ceci est valable du minuit 17 mars au 19 avril au moins. Les hôpitaux, les cliniques et les cabinets médicaux restent ouverts mais effectuent les procédures nécessaires. Les écoles sont également fermées jusqu'au 19 avril, mais les crèches doivent rester ouvertes s'il n'y a pas d'autre crèche appropriée dans la région, comme le proposent les cantons. Les Chemins de fer fédéraux suisses ont annulé tous les services internationaux et certains nationaux. Entre les grandes villes, les trains partent désormais toutes les heures au lieu de 30 minutes, comme auparavant. Les militaires sont mobilisés pour aider à contenir le coronavirus - au nombre de 8 000, la plus grande mobilisation de ce type depuis la Seconde Guerre mondiale. Les personnes qui courent un risque plus élevé de complications en raison du coronavirus devraient travailler à domicile ou prendre un congé payé.

Affecté par la pandémie

La Suisse est l'un des rares pays aujourd'hui fortement touchés par la pandémie de coronavirus, avec l'Italie, l'Espagne, la France et l'Allemagne. Il y a plus de 2 600 personnes infectées dans le pays et 20 morts à ce jour. Le nombre augmente chaque jour. En dehors de la vie sociale, la culture, le sport, les affaires, l'économie est également très affectée par la chute des stocks et le contrôle des taux de change. Jusqu'à récemment, le taux de change du CHF augmentait, car en période de turbulences, les investisseurs ont tendance à acheter des francs suisses, considérés comme un actif refuge. Avec l'or et le yen japonais, le prix du CHF augmentait. Maintenant, comme le coronavirus se propage presque partout, même les actifs refuges ne se sentent plus en sécurité.

exchangemarket.ch
exchangemarket.ch