menuclose

News

News
Travailleurs transfrontaliers perdant leur emploi en Suisse

Travailleurs transfrontaliers perdant leur emploi en Suisse

23 December 2020

Selon les données, 13% des frontaliers français ont perdu leur emploi entre mars et septembre de cette année en raison de la pandémie COVID-19. Il y a moins d'offres sur le marché suisse, les salaires ont également baissé.

Les travailleurs transfrontaliers perdent leur emploi
La pandémie de COVID-19 a provoqué la crise économique dans toute l'Europe, qui affecte fortement les travailleurs frontaliers, selon les chiffres de la période entre mars et septembre. Parmi ceux qui se rendent au travail depuis la France, 13% des quelque 120 000 personnes qui travaillent autour du lac Léman ont perdu leur emploi, principalement dans les secteurs de la restauration, de l'hôtellerie et de la construction. Ce ne sont pas des travailleurs frontaliers saisonniers ou temporaires, mais des travailleurs permanents. Environ 18 pour cent des travailleurs frontaliers français enregistrés comme chômeurs proviennent des secteurs de la restauration et de l'hôtellerie, comme le rapporte le journal Le Messager, dont 13 pour cent du secteur de la construction. Pendant ce temps, au Tessin, près de 3 000 employés frontaliers italiens ont déjà perdu leur emploi cette année. Selon un syndicat tessinois, ce nombre devrait passer à 4 000 d'ici la fin du mois de décembre. Au total, il y a environ 70 000 frontaliers italiens au Tessin.
Moins d'emplois sur le marché suisse
La hausse du chômage des travailleurs frontaliers ne devrait pas surprendre car le marché du travail suisse offre moins d'emplois en raison de la pandémie avec une perspective économique générale assez pessimiste. Au troisième trimestre 2020, il y avait 11 900 emplois de moins dans le pays qu'à la même période l'année dernière, comme le montre le Baromètre de l'emploi établi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les données ont été collectées avant la deuxième vague de la pandémie de COVID-19, et les chiffres pour le reste de l'année devraient être encore pires. Les secteurs les plus touchés sont, encore une fois, l'hôtellerie et la restauration et la fabrication. La diminution des emplois offerts a été observée dans presque tous les cantons, mais surtout au Tessin qui avait le taux de chômage le plus élevé, de 1,5 pour cent. D'autres parties de pays ont indiqué 0,5 pour cent. Les offres d'emploi ont chuté de 15,1% dans les secteurs secondaire et tertiaire. Ce n'est qu'à Zurich et au lac Léman que le nombre d'emplois a augmenté - mais seulement de 0,8 et 0,9% respectivement.
Baisse des salaires
De plus, les salaires diminuent en Suisse, 34% de la population ayant signalé une baisse de revenu due au coronavirus. La raison était la mise à pied ou l'obligation de travailler moins d'heures. Les données ont été rapportées par le journal Le Matin Dimanche, sur la base d'une enquête réalisée dans 24 pays par la société de collecte Intrum. Selon les données, environ 19% des Suisses, un sur cinq, ont dû reporter le paiement d'au moins une facture cette année, alors qu'il était de 14,6% l'an dernier. Près d'un quart des Suisses interrogés craignent une nouvelle baisse dans le futur. La bonne nouvelle pourrait être le fait que le mois dernier, le gouvernement fédéral a accepté de prolonger la compensation des prestations de chômage partiel et de chômage.

Exchangemarket.ch
Exchangemarket.ch